Pros-Consulte a été auditionnée, par une commission parlementaire, sur la précarité du métier d’aide à domicile. En effet, Pros-Consulte Group prend en charge les 230 000 aides à domicile en France. C’était un honneur d’apporter notre expertise dans ce contexte humain important. 

De gauche à droite : MM. François Ruffin, Jean-Pierre Camard et Bruno Bonnell

De gauche à droite : MM. François Ruffin, Jean-Pierre Camard et Bruno Bonnell

La mission d’information porte sur les « métiers du lien » et plus spécifiquement sur les personnes qui exercent ces métiers. Elle cherche avant tout à répondre au paradoxe suivant : comment expliquer que ces métiers, si essentiels pour notre société, soient fortement précarisés et peu reconnus ? La mission d’information se focalise, en particulier, sur les métiers d’assistants maternels, d’animateurs périscolaires, d’auxiliaires de vie sociale et d’accompagnants d’enfants en situation de handicap. Elle s’intéresse à la construction historique de ces métiers, aux différentes politiques publiques qui les ont structurés (ou déstructurés) ainsi qu’à la manière de constituer, demain, un espace de qualification par l’attribution d’un statut et la revalorisation de l’image et de l’identité de ces métiers.

Dans ce cadre et en respectant l’anonymat des appelants, l’expertise de Pros-Consulte Group en tant que prestataire pour l’AGFAP (prise en charge de 230 000 aides à domicile via notre plateforme d’écoute) était demandée sur diverses thématiques : évolution des appels et de la prise en charge, principaux motifs d’appels, interventions, formations et prévention des risques psychosociaux dans ces métiers difficiles. Dans ce contexte humain particulier, c’était pour nous un honneur de partager nos connaissances et constations à ce sujet.

Ainsi tout en relativisant l’impact nos propos, 100% des appelants qui contactent notre plateforme évoquent un problème, nous avons bien entendu parlé de la précarité en rapport avec le manque de qualifications, de formations et de considération. Le cadre donné est souvent flou et les aides à domicile parfois démunis face au manque de directives claires.

Nous espérons que notre intervention permettra une évolution positive du statut des aides à domicile.

Nous remercions MM. François Ruffin et Bruno Bonnell pour leur écoute.